Street art au lycée

PROJET ARL 2017 - LYCEE DU REMPART (Marseille)


Le projet d'est déroulé sur 4 séances de 2 heures réparties en 1 heure le matin et 1 heure l'après midi, avec les élèves de BTS CPRP-1 de la classe de littérature de Mme Pandelon.

Suite à une présentation de mon intervention et de mon travail, nous avons orienté les étudiants sur le récit fantastique (au programme des 1ere année) associé au street art. Après un bref aperçu en photos de cet art éphémère, ils ont réfléchi en petits groupes sur une illustration « extraordinaire » ou « fantastique ». Soit en s'inspirant de la nouvelle qu'ils avaient étudié en cours avec Mme Pandelon, « Le veston ensorcelé » de Buzzati. soit en inventant leur propre histoire. Le but étant pour chaque groupe de mixer leurs idées et de fabriquer une illustration à partir de celles-ci.Chaque projet ainsi créé serait alors retranscrit sur du papier kraft grand format et collé dans la cours du lycée.Mon intervention visait à introduire la technique de fabrication d'une illustration en y ajoutant des lettrages, des objets... pour « coller » au sujet le plus possible et à leur donner les directives de fabrication d'un kraft de street-art (découpage, mise en place, etc...)


Semaine 1

Présentation pendant l'heure du matin et premiers jets des idées sur papier l'après midi.

Les dessins des étudiants ont été ramassés en fin d'heure, scannés et mis en situation via le logiciel photoshop sur un mur factice. Un moyen de leur montrer un rendu possible, en rajoutant des lettrages et quelques mises en formes. Une façon de valoriser de « simples » dessins qui ne faisaient pas forcément l’unanimité au sein des groupes.

Le but : trouver pour chaque illustration le rapport au sujet (le fantastique donc), puis de la mettre en forme de telle sorte que le lien entre dessin/sujet devienne évident. En majorité les étudiants se sont appuyé sur le texte de Buzzati et ce sont les citations intégrées dans certaines œuvres qui ont fini de créer ce lien.

Certains d'entre eux n'ont pas eu besoin de s'appuyer sur la nouvelle, ni même de texte pour laisser s'exprimer leur imagination !


Semaine 2

Les montages à base des dessins réalisés sous photoshop sont visionnés et chaque groupe peut s'en inspiré pour créer son œuvre. Le travail de mise en œuvre sur papier kraft peut commencer.

Chaque groupe décalque le dessin choisi sur un transparent et le reproduit à la taille voulue sur un papier kraft fixé au mur, grâce au rétro-projecteur.Le reste de la séance est utilisée à finaliser les dessins et commencer la peinture.


Semaine 3 Les derniers dessins sont décalqués sur les krafts, les étudiants peaufinent, colorient et peignent.Premier découpages et premiers tests de mise en place pour les plus avancés : Chaque groupe fait un montage au sol de ce que sera son collage et détermine la place de chaque éléments (lettres, dessins etc...)


Semaine 4 : le matin

Chaque groupe termine sont kraft : découpage et lettrages, puis mise en place au sol afin de préparer le collage de l'après midi en identifiant la place qui sera nécessaire sur le mur.

Semaine 4 : l'après midi

Collage dans la cour du lycée aux emplacements choisis par les étudiants.Démonstration de la technique de collage et mise en place.Les collages se font au pinceau plat avec de la colle papier peint ordinaire.



Pour conclure...Merci au Lycée du Rempart et à Mme Pandelon pour leur accueil et pour l'opportunité qui m'a été donnée de travailler sur un tel projet. Un grand merci et un grand BIG-UP aux élèves.

© 2019 par Lydie Jacquemus. Créé avec Wix.com